1962, le titre qui lance l'irrésistible aventure des Beatles...

love me doLe 5 octobre 1962 est une date qui compte dans l'histoire culturelle anglaise car elle vit naitre deux phénomènes qui allaient traverser les décennies pour être, plus que jamais, d'actualité aujourd'hui encore. Si James Bond est né en 1953 de la plume féconde de Ian Fleming, c'est en effet le 5 octobre 1962 qu'il apparut sur les grands écrans britanniques pour la première fois(1). Le film James Bond contre Dr No, réalisé par Terrence Young, compte assurément dans la saga de l'espion britannique car il installe définitivement les caractéristique du personnage de Fleming (la séduction, le smoking, la vodka-martini au shaker, la montre-bracelet, le Walther PPK, l'Aston Martin, les gadgets...) mais aussi les codes de la série. Aujourd'hui, la franchise James Bond est dans l'attente de son 23è épisode, Skyfall, qui sortira le 26 octobre prochain et a généré plus de 15 milliards de dollars au box-office. Ce même 5 octobre 1962, le public anglais trouve aussi dans les bacs des disquaires le premier 45 tours d'un groupe de Liverpool, The Beatles. La face A de la plaque est intitulée Love me do, la B P.S. I love you. Il s'agit là de deux titres simples qui parlent d'amour... simples, mais efficaces. Love me do est écrite en 1958, alors que les Beatles ne sont encore que The Quarrymen. Fasciné par le rock 'n roll américain, surout par Bill Halley, un jeune ado de Liverpool, John Lennon, crée en 1956 un groupe avec des potes d'école, Pete Sotton, Bill Smith, Rod Davis et Eric Griffiths. Appelé à l'origine The Black Jacks, le groupe se rebaptise très vite The Quarrymen et surfe sur la vague du skiffle - un mélange de musique folk et de hillbilly avec des touches de blues et de rock - très en vogue à la fin des années cinquante. Lors d'un concert à l'église Saint-Peter de Liverpool, le 6 juillet 1957, un ami commun présente Paul McCartney à John Lennon. Celui-ci qui a des ambitions entrevoit tout de suite le talent de McCartney qui improvise dans les backstages un medley du rock américain. Conscient des limites musicales de certains Quarrymen, Lennon propose donc à McCartney d'intégrer le groupe. A peine âgé de 15 ans, Paul McCartney fait ses débuts avec The Quarrymen en septembre 1957. Rapidement, les portes du Cavern Club, une salle de spectacle cotée de Liverpool s'ouvrent à eux. Ils y jouent fréquemment pendant le temps de midi et attirent de plus en plus de spectateurs qui profitent de leur pause-repas pour venir écouter ces "gamins" bourrés de talent. En 1958, Rod Davis plaque le groupe et c'est George Harrison, un ami de McCartney, qui le remplace. C'est ensuite au tour de Griffiths de s'en aller... Après quelques essais et autres allers et venues, au printemps 1958, The Quarrymen se compose de John Lennon (chant), Paul McCartney (Guitare et basse), George Harrison (guitare), Collin Hanton (Batterie) et John Lowe (claviers). Naturellement, Lennon et McCartney prennent le leadership du groupe ce qui déplait à Hanton et à Lowe qui abandonnent le navire dès l'automne. The Quarrymen est au bord de l'implosion...

Hambourg... le déclic !

Lennon et McCartney composent des chansons mais les prestations scéniques se font rares à tel point que George Harrison, sans laisser tomber ses amis, rejoint en parallèle le Stewart Quartet qui contribua au lancement du Casbah Coffee Club, une boite tenue par la mère de Pete Best qui allait rapidement devenir incontournable à Liverpool. Bientôt, devant la difficulté d'assurer des prestations de qualité quotidienne dans le club, Harrison appelle Lennon et McCartney à la rescousse. Ils acceptent à condition que The Stewart Quartet soit rebaptisé The Quarrymen... Mais un ressort semble cassé, le groupe a du mal à survivre, change plusieurs fois de noms, certains musiciens arrivent et repartent presqu'aussitôt. Bref, en 1960, Lennon, McCartney et Harrison ne savent pas trop où ils en sont avec ce groupe qui s'appelle désormais The Silver Beetles (Les Scarabées d'Argent). Stuart Sutcliffe (Basse) et Pete Best (batterie) rejoignent les trois hommes qui ont décroché un contrat pour aller jouer à Hambourg à l'Indra Club et au Kaiserkeller, deux clubs du quartier chaud de Sankt-Pauli. Cette prestation internationale, en août 1960, va relancer le groupe qui opte définitivement pour le nom The Beatles (Les Scarabées) avec une faute d'orthographe(2) volontaire. Sutcliffe, musicien médiocre mais peintre de talent, tombe amoureux d'une photographe et décide de rester à Hambourg, il n'en profitera pas car il décède d'une congestion cérébrale en avril 1962.

Hambourg est une étape importante dans la carrière des Beatles, ils y feront cinq séjours marqués par une professionnalisation de leur approche musicale et scénique mais aussi par quelques incartades mémorables comme le renvoi de George Harrison lors du premier séjour parce qu'il était encore mineur, l'incendie d'une loge par McCartney ou encore la prise de produits pas tout à fait licites afin de tenir le rythme. Quoi qu'il en soit, entre août 1960 et mai 1962, les séjours hambourgeois contribueront à l'assise stable des Beatles. L'heure est à la maturité, ils sont prêts à entrer en studio... Encore faut-il qu'on leur en donne la possibilité ! C'est par l'entremise d'un disquaire, Brian Epstein qui les voit au Cavern Club en novembre 1961, qu'il vont y parvenir. Epstein s'improvise manager du groupe et termine sa professionnalisation par un changement de look : fini les blousons de cuir et les cheveux dans le vent; bonjour le complet-veston et la coupe au bol qui sera d'ailleurs baptisée coupe Beatles quelques années plus tard... Epstein fait le tour des maisons de disque londoniennes pour trouver un contrat pour les Beatles, sans trop de succès. Dick Rowe, Directeur Artistique de chez Decca rejettera même de façon virulente le groupe car, selon lui, les groupes à guitare n'ont aucun avenir. Rowe passera à la postérite comme étant The man who turned down the Beatles (L'Homme qui rejeta les Beatles) !!!

Love me do, le début d'un mythe

C'est finalement Parlophone, une division d'EMI, qui aura le nez creux par l'intermédiaire de George Martin. Ce dernier est en charge de la musique classique et cherche à introduire le rock chez EMI. Il souhaite donc trouver un groupe qui pourrait devenir le porte-drapeau de ce genre musical chez EMI, ce sera les Beatles. Un contrat est signé pour l'enregistrement d'un 45 tours à l'issue d'une audition aux studio d'Abbey Road en juin 1962. Les séances d'enregistrement sont prévues pour le 4 et le 11 septembre suivants. Une journée par face du disque, pas les moyens d'avoir plus de temps pour un groupe inconnu (hormis à Liverpool et à Hambourg) dont on n'est pas sûr du retour commercial. Martin n'aime pas trop le style de Pete Best qu'il juge insuffisant par rapport aux autres musiciens aussi exige-t-il son renvoi avant l'enregistrement. Il propose d'ailleurs de trouver un autre batteur pour le remplacer. Epstein, Lennon et McCartney ne font pas de sentiment, il se séparent de Best et engagent Ringo Starr alors batteur du groupe de Liverpool The Hurricanes. De son côté, George Martin trouve Andy White, un batteur de studio qui a déjà pas mal travaillé pour EMI. C'est donc avec deux batteurs que les Beatles se retrouvent en studio à Abbey Road, le 4 septembre 1962 pour la mise en boite de leur premier disque. George Martin souhate que ce soit How do you do ?, une reprise de Mitch Murray, qui soit sur la première face, la seconde étant réservée à P.S. I Love You. Mais Lennon et McCartney ont retravaillé Love me do, la chanson écrite en 1958 par McCartney pour sa copine de l'époque. Lennon y apporte un riff à l'harmonica qui rythme toute la chanson. C'est ce titre qu'ils veulent sur la face A.

How do you do ? est mis en boite sans grand entrain et rapidement afin de pouvoir faire une prise de Love me do dans laquelle les Beatles mettent plus de passion. Et on se donne rendez-vous la semaine suivante pour l'enregistrement de la face B. George Martin comprend vite le potentiel accrocheur de Love me do, une chanson d'amour basique dont les paroles sont minimalistes et où le mot love est répété à 21 reprises. C'est simple, c'est efficace donc c'est vendeur ! Reste à la peaufiner parce que le premier enregistrement, aussi passionné soit-il, n'est pas suffisamment parfait aux oreilles de Martin. Il fera recommencer 18 prises de Love me do jusqu'à ce qu'il la juge excellente. Certaines versions sont avec Andy White à la batterie, d'autres avec Ringo Starr... P.S. I love you sera enregistrée 10 fois avant d'être bonne, elle prendra la face B. Ca y est, le premier 45 tours des Beatles est gravé !

Love me do n'atteindra que la 17è place des charts anglais(3) mais elle est le point de départ d'une fulgurante ascension et de la naissance d'un mythe. Cette chanson, par delà le fait d'être la première enregistrée par les Beatles, a permis à un groupe qui se cherchait de se fixer. Love me do possède la particularité d'avoir été enregistrée avec trois batteurs différents : avec Pete Best lors de l'audition de juin 1962, avec Ringo Starr pour la version originale du 45 tours et avec Andy White pour la version que l'on trouve sur le premier album des Beatles, Please, please me (1963). Love me do compte assurément dans l'histoire de la musique que 20è siècle !

Love me Do-The Beatles ' 62

love me do2

----
(1) NB une adaptation de Casino Royale avait été réalisée pour la télévision, en 1954 par Wiliam H. Brown avec Barry Nelson et Peter Lorre
(2) l'orthographe correcte est The Beetles
(3) elle sera n° 1 aux USA en 1964 alors que les Beatles auront déjà sorti quatre albums et produit des monstres comme Twist and Shout, A hard day's night ou And I love her...