1976, U2 voyait le jour dans une cour d'école, à Dublin...

U2Fin de l'été 1976, la crise monétaire couve au Royaume-Uni, l'Irlande n'est pas épargnée par la crise économique qui secoue le milieu des années septante. Dublin, capitale irlandaise, dans la rue, le jeune Paul Hewson, 16 ans, fait partie d'une troupe d'artistes, Lypton Village, qui joue souvent devant une boutique baptisée Bonavox qui vend du matériel auditif. Hewson traine toujours devant le magasin et comme il pousse la chansonnette, ses camarades du Lytpon Village l'affuble du sobriquet de Bono Vox (la Voix du Bon). Larry Mullen Jr, bientôt 15 ans, joue de la batterie au sein du très catholique Artane Boys Band mais il s'en fait éjecter à cause de ses cheveux trop long. Adam Clayton, 16 ans, est un zonard, un hippie contestataire qui se distingue par ses tenues bariolées et ses lunettes de soleil foncées accrochées en permanence sur le nez. David Evans, 15 ans, est un Gallois grand et émacié que l'on surnome The Edge (L'Aiguisé) tant il est mince et dont la famille a transité par l'East London avant d'émiger vers Dublin où il a découvert le piano et la guitare à travers des cours très académique. Le seul point commun entre ces quatre ados est qu'ils fréquentent la Dublin's Mount Temple School. Enfin, ils y sont inscrits car Clayton est plutôt adepte de l'école buissonnière et le local scolaire qu'il connait le plus est, sans conteste, le bureau du Proviseur. Hewson, pour sa part, privilégie le spectacle de rue à la classe. Parce qu'il ne peut plus jouer avec le Artane Boys Band, Larry Mullen place une petite annonce pour recruter quelques musiciens afin de monter un groupe de rock. Le moins qu'il se puisse être écrit est que cet appel n'attire pas grand monde. Alors, autant par dépit que par envie, Mullen aborde crânement Adam Clayton dont on lui a dit qu'il était un excellent bassiste. Les deux jeunes hommes sympathisent et décident de trouver un guitariste; ils en dégottent deux : les frères David et Dick Evans. Bono Vox est le dernier à entrer dans ce qui s'appelle alors The Larry Mullen's Band. Pour être admis par les autres, il se prétend aussi guitariste mais, en réalité, ses talents en la matière sont plutôt maigres... voir nuls. La personnalité de Paul Hewson séduit Adam Clayton, sa voix un peu éraillée aussi. Ainsi donc The Larry Mullen's Band est constitué - Paul Hewson au chant, Adam Clayton à la Basse, Dick et David Evans à la guitare et, évidemment, Larry Mullen Jr à la Batterie - et peut commencer à répéter dans la cuisine de la famille Mullen.

Les répétitions s'enchainent et le groupe prend de la cohésion. Disposant d'un matériel rudimentaire, de piètre qualité et de peu de place pour s'exprimer, le son est souvent soumis a ce fameux Effet Larsen, que l'on nomme en anglais Feedback. Un peu ironiquement, c'est ainsi que se rebaptise le groupe qui perd aussi Dick Evans car, plus âgé, il termine en juin 1977 ses années lycées et s'en va vers d'autres horizons(1)... La première vraie expérience en public de Feedback a lieu en octobre 1977, à l'occasion d'un concours musical organisé par la Mount Temple School. Feedback y interprète quelques classiques des Beach Boys ainsi qu'une reprise un peu bâclée d'un tube de l'époque, Show me the Way de Peter Frampton. S'il ne gagne pas le concours, Feedback est plébiscité par les spectateurs, c'est le seul groupe qui fait l'objet d'un rappel... Premier engouement du public pour nos quatre amis de Dublin ! Mais ils se cherchent encore; Feedback se rebaptise The Hype (Battage Médiatique), une appellation plus courte, plus tranchante et Hewson réduit son surnom à Bono, tout simplement. Quant à Adam Clayton, viré de l'école, il endosse le rôle de manager du groupe et se charge de trouver des endroits où jouer; pubs, fêtes locales ou soirées privées. Sans trop y croire, il rentre également une candidature pour l'émission Our Times de la chaine nationale publique RTE. The Hype est invité au casting de l'émission et est retenu pour une émission programmée début janvier 1978. C'est un tournant dans l'histoire du groupe... En effet, suite à ce passage télé, les engagements se font plus nombreux. Steve Averill, chanteur du groupe punk Radiators from Space, qui a déja une belle renommée en Irlande et qui partagea la scène de l'émission Our Times, suggère à Adam Clayton d'adopter un nom plus cinglant. Il propose U2 en référence à un avion espion américain (un Lockheed U-2) abattu dans le ciel soviétique quelques jours avant la naissance de Bono, en pleine Guerre Froide. Cette appellation divise le groupe : Clayton et Mullen sont enthousiastes, Bono et the Edge le sont beaucoup moins... Mais, finalement, le nom U2 sera adopté à l'occasion d'un crochet à Limerick, le 17 mars 1978.

Au terme d'une semaine de concours, face à 36 autres groupes pop, rock ou punk, U2 remporte le Limerick Civic Week Pop 1978. Le premier prix est une bourse de 500 livres et une séance d'enregistrement dans les studios Keystones de Dublin. U2 va pouvoir presser sa première plaque, c'est prévu pour le mois de décembre 1978. U2 continue de se produire dans des festivals et, grâce au journaliste Bill Graham, qui est un ami d'Adam Clayton, ils sont repérés par le manager Paul McGuinness qui accepte de venir les voir un soir sur scène. La qualité musicale du groupe n'est pas parfaite, loin s'en faut, mais les quatre musiciens dégagent une envie de tout renverser sur leur passage... McGuinness accepte de manager U2; il leur trouve des endroits et des dates de concerts mais, en échange, le groupe lui verse 20% des gains. Quatre musiciens qui jouent, un manager qui trouvent les endroits où jouer... cela fait cinq personnes soit 20% des gains pour chacun. C'est ainsi et pas autrement ! Trop contents de pouvoir se concentrer sur la musique, Hewson, Clayton, Evans et Mullen acceptent le deal. En outre, McGuinness parvient à inciter ses poulains à investir leurs revenus dans du matériel de meilleure qualité. U2 ne peut que se féliciter d'avoir choisi de travailler avec Paul McGuinness car celui-ci leur trouve des engagements de haut-niveau et notamment, le 9 septembre 1978, en première partie du concert des Stranglers au Top Hat Ballroom de Dublin. La collaboration est si bonne qu'aujourd'hui encore, 35 ans plus tard, McGuiness est toujours le manager du groupe... c'est assez rare que pour être signalé !

U2 entre au Keystones studio au début du mois de décembre pour enfin réaliser sa première démo qui contient trois titres aux accents très punks. Muni de cette démo, McGuinness se rend à Londres pour démarcher les maisons de production de Londres. Sans succès... Puisque cela ne marche pas en Angleterre, il revient à Dublin où il parvient à convaincre CBS de réaliser l'enregistrement d'un extended play de U2. Le mini-album comprend trois chansons - Out of Control, Story for Boys et Boy-Girl - et est intitulé Three; il sort en septembre 1979.  Three est tiré à 1000 exemplaires et est numéroté à la main. C'est aujourd'hui un collector que les fans s'arrachent, sa valeur est estimée à 2000 euros ! Avec des premières parties londoniennes de Orchestral Manoeuvre in the Dark et de Talking Heads, et la sortie d'un 45 tours intitulé Another Day, U2 poursuit son ascension. A l'occasion d'un sondage commandé par le magazine Hot Press sur les groupes irlandais les plus populaires, U2 arrive en tête devant deux poids lourds du rock : Thin Lizzy et Boomtown Rats... Sans avoir l'air d'y toucher, U2 devient un incontournable de la scène rock irlandaise !

McGuinness organise alors un tournée à travers l'Irlande. Le concert de clôture a lieu le 26 février 1980 au Boxing Stadium de Dublin devant une salle comble. Parmi les spectateurs, Bill Stewart du label Island Record qui produit, notamment, Jethro Thull, Cat Stevens, Jimmy Cliff ou certains albums de Bob Marley pour l'Europe. A la sortie du concert, U2 signe un contrat pour la production de quatre albums en quatre ans. Island records s'engage aussi à produire toutes les tournées du groupe, y compris en dehors du Royaume-Uni. Boy, savant mélange de punk et de new wave, est le premier des quatre albums promis à Island, il sort en octobre 1980. Commercialement, ce n'est pas un succès mais artistiquement si; les critiques sont dithyrambiques... Le 45 tours I will follow, extrait de l'album, marche plutôt bien. October (1981, avec notamment Gloria), War (1983 avec New Year's Day, Sunday Bloody Sunday et 40) et The Unforgettable Fire (1984 avec le titre éponyme et Pride) s'enchainent... Le superbe album The Joshua Tree (1987) fera du groupe irlandais une valeur sûre du rock international !

Avec 170 millions d'albums vendus à travers le monde, des méga-tournées extraordinaires, des shows époustouflants et une trentaine de distinctions diverses, U2 est probablement, avec les Rolling Stones, le plus grand groupe de rock qui ait existé !

-----
(1) Il reviendra de façon épisodique joué avec le groupe jusqu'en avril 1978 mais joue surtout, désormais, avec le groupe Virgin Prunes qui s'inscrit dans un courant rock batcave et qui connaitra une belle carrière jusqu'au milieu des années '80.