1976, Adriano Celentano chante la crise écomique et la dévaluation de la lire...

svalutation

Les années '70 marquent, en Italie, une crise économique profonde, revers magistral du fameux Miracle Economique qui favorisa le pays durant les deux décennies précédentes. Les Italiens payent au prix fort la croissance extraordinaire de leur pays après la seconde guerre mondiale. Dès 1970, les investissements et la production chutent, une période de récession économique s'installe durablement provoquant inflation galopante, chômage en forte hausse et dévaluation importante de la lire, la monnaie italienne de l'époque. Par ailleurs, l'Italie est fortement concernée par la violence, la lutte armée et le terrorisme qui touchent l'Europe occidentale à cette époque, un phénomène de société que les Historiens nommèrent, par la suite Années de Plomb(1). Politiquement parlant, le pays est divisé en deux entre la Démocratie Chrétienne Italienne (DCI), emmenée par Aldo Moro, et le Parti Communiste (PCI) d'Enrico Berlinguer. Les élections régionales de 1975 renforcent la présence des Communistes dans différentes régions ce qui abouti au fameux Compromis Historique signé entre les deux partis forts du pays. Le PCI devait alors dans un Gouvernement de coalition dirigé par Aldo Moro mais l'hostilité de l'Eglise (dont le rejet est soutenu par le pape Paul VI en personne) et des Etats-Unis qui, Guerre Froide oblige, refusent de voir des Communistes entrer dans un gouvernement occidental, retarde l'application de ce Compromesso Storico. L'assassinat, le 9 mai 1978, d'Aldo Moro par les Brigades Rouges enterre définitivement cet accord. L'Italie baigne dans un climat tendu fait de crise économique, de violence et d'instabilité politique. Pour la population, l'époque est rude avec une monnaie dévaluée depuis la sortie de la lire du Serpent Monétaire(2) en 1973.

1973, c'est aussi l'année d'un retour au premier plan pour Adriano Celentano. Le rocker italien s'est imposé dans la seconde moitié des années '50 en important le rock 'n roll américain et en l'adaptant pour proposer des titres comme 24.000 baci (1961), Stai lontana da me (1962), Preghero (1962) ou Sabato triste (1963) qui squattérisent les premières places du hit-parade italien. Son album Non mi dir, sorti en 1962, est, forcément, un carton énorme en Italie, il connait même un succès léger dans les pays avoisinnant comme la Suisse et l'Autriche. Mais, s'endormant sur ses lauriers, Celentano connait un période creuse qui dure quasiment dix ans, à l'exception d'un nouveau n° 1 avec Azzuro, en 1968. Le rocker doit attendre pour se relancer 1973 avec une chanson au titre imprononçable et des résonnances rap (ndlr Celentano a de nouveau importé ce rythme nouveau qui voit le jour au même moment aux Etats-Unis) et reggae : Prisencolinensinainciusol qui développe un thème écologico-économique. Le titre est un succès en Italie (même s'il n'atteint pas la première place)  mais aussi en France et aux Etats-Unis.

Et Celentano devient une star de la télé italienne...

Fort de ce succès international, Adriano Celentano prépare un album axé sur les mêmes thèmes écologiques et économiques. Pour toucher le public, il faut lui parler de choses qui l'interpellent, Celentano l'a bien compris. La crise économique est le sujet qui touche le plus ses compatriotes, il l'évoquera donc ! Avec le compositeur Gino Santercole, il imagine de remettre le rockabilly à l'honneur sur un titre de l'album en préparation. Le challenge est là, il s'agit de mélanger crise économique, Années de Plomb et rockabilly pour en faire un nouveau tube... Ce tube ce sera Svalutation ! Paru en 1976 sur l'album du même nom, Svalutation parle clairement de la crise économique qui frappe durement l'Italie mais aussi de l'appatie du Gouvernement qui ne semble pas vraiment vouloir sortir le pays de cette situation. Elle évoque aussi une population qui se plaint de son manque de moyens mais qui remplit les stades de foot tous les dimanches. Svalutation obtient une honorable place dans les hit-parades italiens mais y reste pendant près de cinq mois. En France, en Suisse, en Allemagne et en Belgique également, le titre reste présent de nombreuses semaines dans les classements de ventes. Sans vraiment l'avoir voulu, Adriano Celentano devient le porte-parole de la population, il est invité à s'exprimer à la télévision sur des thèmes d'actualité, sur la crise, sur la politique ou sur la société. Finalement, cela satisfait son égo développé et il se lance ce plus en plus fréquemment dans de longs monologues militants lors d'émissions populaires de la RAI. Il est tellement populaire que la télévision publique italienne lui confie les rênes de plusieurs shows dans les années '80.

Svalutation a relancé la carrière d'Adriano Celentano pour en faire l'un des artistes les plus appréciés de la scène italienne post Années de Plomb. A 74 ans, en octobre 2012, il décide de remonter sur scène pour un double concert en plein air dans les arènes de Vérone. Son spectacle Rock Economy attire 12.000 personnes et est retransmis en direct sur Canale 5. La captation du spectacle donne naissance à ce qui est, à ce jour, son dernier album... Mais avec ce diable de Celentano, sait-on jamais !

Adriano Celentano - Svalutation

Svalutation

 

NB : pour rimer avec Svalutation, Celentano invente des mots, ou plutôt ajoute la terminaison ation à des mots classiques (ex Que Scontra (Quel choc) devient Que scontration (Quel chocation)

-----
(1) de la fin des années '60 au milieu des années '80, l'Europe du faire face à une montée d'un activisme politique d'extrême gauche marqué par un regain de violence, d'attentats, d'enlèvements et de lutte armée => Fraction Armée Rouge (dite parfois Bande à Baader), le Mouvement du 2 Juin, en Allemagne, Les Brigades Rouges et Primea Linea en Italie; l'Organisation Révolutionnaire du 17 Novembre en Grèce; les CCC et le FRAP en Belgique, Action Directe, le Mouvement Autonome ou NAPAP en France; le Mouvement Ibérique de Libération ou GARI en Espagne... 
(2) le Serpent Monétaire Européen était un dispositif économique mis en place, entre 1972 et 1978, par les pays de la CEE pour limiter les fluctuations des taux de change de leurs monnaies.