1954, Elvis invente le rockabilly en improvisant sur un blues de Big Boy Crudup...

That's all right mamaA l'aube des années cinquante, le rock 'n roll - dérivé direct du rythme 'n blues(1) - prend son essor. Il est alors piloté par des chanteurs noirs comme Fats Domino, Chuck Berry ou Little Richard. Mais rapidement, Eddie Cochran, Bill Haley, Buddy Holly ou Jerry Lee Lewis lui apportent des nuances blanches. Peu importe sa couleur, le rock gagne le coeur des foules avec ses rythmes chaloupés et endiablés, la radio amplifiant sa diffusion massive. Dans les états sudiste, où la ségrégation raciale était à son apogée, la musique blanche était nommée hillbilly boogie et reposait sur des influences folk et country. Dans le sud, quantité de labels indépendants produisent et diffusent du hillbilly boogie. Né dans le Mississippi, à Tupelo, où il vécut jusqu'à l'âge de 13 ans, Elvis Presley est bercé de hillbilly et de country. Lorsqu'il déménage vers Memphis (Tennessee), en 1948, il découvre un autre univers musical, celui typiquement noir du blues à travers, notamment, les chansons de Howlin' Wolf de de Muddy Waters. Il se prend aussi de passion pour le gospel et passe des heures dans les églises à écouter chanter les chorales noires. Elvis chante également un peu mais n'envisage pas de faire carrière dans la musique, son ambition est d'être chauffeur de camion afin de voyager à travers tout le pays. En attendant, il est successivement employé dans une quincaillerie et chauffeur-livreur pour une compagnie électrique. A cette époque, et depuis les années '20, les nombreux labels indépendants permettent à tout un chacun d'enregistrer un disque pour la somme de quatre dollars. Aussi, en 1953, pour l'anniversaire de sa mère avec laquelle il entretient un relation forte, Presley décide d'enregistrer deux chansons - My Happiness et That's when your heartaches begin -, une idée de cadeau originale pense-t-il. Il pousse alors la porte de Sun Records où l'enregistrement se fait. Pour Elvis, l'histoire s'arrête là, il a son cadeau pour maman ! Mais la secrétaire de Sam Phillips, le propriétaire de Sun Records, laisse une note à son patron pour attirer son attention sur ce jeune homme qui ferait, pense-telle, "un bon chanteur de ballades''. Phillips recontacte le jeune Elvis et lui fait passer un casting. Il n'est pas brillant, sa voix ne convainc pas Sam Phillips, non pas qu'elle soit mauvaise mais bien parce qu'elle sonne faux. Mais, celui-ci se montre surpris par l'étonnante mémoire du jeune homme qui connait par coeur une quantité de chansons aussi prévoit-il un second casting, le 5 juillet 1954, pour lequel il demande au guitariste Scotty Moore et au bassiste Bill Black d'être présents pour accompagner le jeune Presley. Pour cette seconde tentative, Elvis propose Without you et I Love you because, deux ballades sans grand intérêt. Plusieurs essais sont faits mais aucun ne séduit Sam Phillips qui renonce à donner sa chance à Elvis Presley. Alors, Elvis tente le coup sur un blues intitulé That's all right (Mama), composé en 1946 par Arthur Big Boy Crudup. Accompagné de sa guitare et en se déhanchant, il lui donne un ryhtme plus rock avec des intonations hillbillies, immédiatement, Moore et Black réagissent et accompagnent le chanteur. "J'ai tout de suite senti qu'on tenait quelque chose. Ce n'était pas la chanson à proprement parlé mais bien ce qu'en faisait Elvis. Pour moi c'était un choc" déclara plus tard Sam Phillips qui décidé de procéder à l'enregistrement. Elvis Presley au chant et à la guitare rythmique, Scotty moore en lead-guitar et Bill Black à la basse... C'est tout ! Rien de plus, pas de batterie, pas d'autre instrument. Le titre abrégé en That's all right(2) constitue la face A, pour l'autre face du disque, Phillips décide de graver Blue moon of Kentucky, un bluegrass de Bill Monroe.

Contrairement aux prévisions de Sam Phillips, c'est Blue moon of Kentucky qui fonctionne le mieux et que l'on entend le plus en radio mais le succès est au rendez-vous pour Elvis. Sous le nom des Blue Moon Boys, Presley, Moore et Black tournent dans tout le sud des Etats-Unis. Sur scène Elvis chante en de déhanchant de plus en plus ce qui provoque la colère des ligues de moralité sudistes qui cherchent à faire interdire les représentations du groupe "qui pervertit la jeunesse du sud". Rapidement, le chanteur reçoit le surnom de Pelvis (le Bassin) et trouve écho auprès des jeunes qui devraient, selon leurs parents en tous cas, fuir cette musique noire chantée par un blanc. Malgre un estimable succès local, Sam Phillips a du mal a faire du bénéfice sur les tournées des Blue Moon Boys aussi vend-il le contrat d'Elvis Presley au "Colonel" Tom Parker qui fait engager le futur King par un label plus huppé, RCA. Sous l'aile du Colonel qui devient son manager exclusif,  Elvis est introduit au niveau national par le biais d'émissions de radio populaires comme Louisiana Hayride et Grand Ole Opry mais aussi par la télévision... La carrière d'Elvis Presley est lancée, il n'est pas encore The King mais ne tardera pas à le devenir ! L'histoire retiendra que par un beau soir de juillet 1954, dans les studios de Sun Records, Elvis inventa le rockabilly, un nouveau style mêlant le rock 'n roll et le hillbilly boogie... Quant à That's All right (Mama), elle sera reprise par quantité d'artiste, de Carl Perkins à Green Day en passant par Bob Dylan, les Beatles, Canned Heat, Rod Stewart, Johnny Cash ou Eric Clapton avant d'être désormais considérée comme l'une des plus grande chansons rock de tous les temps. Le 5 juillet 1994, pour le 50è anniversaire de That's all right (Mama), toutes les radios américaines l'ont diffusée cinquante fois sur la journée...

Elvis Presley - That's Alright Mama

 That's all right mama

-------
(1) en fait selon certains historiens du rock, le terme Rock 'n Roll a été inventé pour distinguer la musique blanche de la musique noire. Pour des questions raciales très en vogue à cette époque au pays de l'Oncle Sam, il était inconcavable que des blancs fassent la même musique que les noirs et que leurs disques ses retrouvent "mélangés" dans les bacs des disquaires américains... A l'aube des années '50, le rock 'n roll était donc la musique blanche, le rythme 'n blues la musique noire. Les deux ont rapidement fusionné vers le terme générique et unique de rock 'n roll, "suprématie" blanche oblige...
(2) les autres versions enregistrées par Elvis Presley porteront le titre original de la chason, soit That's all right (Mama), avec le Mama entre parenthèses.