1954, Bill Halet & The Comets enregistre le premier n° 1 du rock 'n roll...

rocka around the clockImpossible de ne pas évoquer l'histoire de Rock around the clock dans ce blog consacré au rock et à la musique du 20è siècle ! Lorsqu'il met en boite cette chanson, le 12 avrril 1954, William John Clifton Haley est probablement loin d'imaginer qu'il contribue à la naissance d'un des plus grands mythes du siècle : le rock ! Depuis qu'il vit de la musique, en 1946, Bill Haley est plutôt dans un créneau country; son groupe, The Down Homers, est d'ailleurs produit par un label baptisé Cowboy Records. A l'aube des années cinquante, après quelques expériences de disc-jockey pour des radios du Michigan, influencé par le rythm 'n blues afro-américain, il crée un nouveau groupe, The Saddlemen, avec lequel il va surtout se produire sur scène et proposer des reprises de chansons noires comme Rock this joint, de Jimy Preston, ou Rocket 88, des Delta Cats une chanson que beaucoup d'historiens de la musique pointent comme le premier vrai rock 'n roll. Né à la fin de la seconde guerre mondiale, influencé par le jazz, le blues et le gospel, le rythm 'n blues n'a que peu d'écho. Considéré comme une musique noire dans une Amérique WASP, il n'a pas énormément de moyen pour se propager dans la population. Haley, qui l'a découvert à la fin des années '40, fréquentent des bars et les night-clubs noirs où l'on joue du rythm 'n blues et s'en inspire pour créer son répertoire de reprises. Parmi celle-ci, deux chansons de Wynonie Harris : Around the clock (1945) et All she wants to do is rock (1949). Mais bientôt, un homme va faire connaitre le rythm 'n blues à la population blanche ! A travers son émission de radio très populaire dans la région d'Akron (Ohio), le DJ Alan Freed diffuse cette musique et lui offre un écho intéressant. En 1951, il rejoint WJW, une radio qui a une audience plus important dans tout l'état d'Ohio mais aussi dans une partie de la Pennsylvanie et en Virginie Occidentale, et crée l'émission Moondog's Rock 'n Roll Party (ndlr La Fête des Chiens de Lune qui bougent et qui balancent) qui fait la part belle au rythm 'n blues. Immédiatement, des chanteurs comme Carl Perkins, Jerry Lee Lewis, Elvis Presley ou Bill Haley saisissent l'impact de cette musique sur les masses. Le courant rock 'n roll était né, l'émission de d'Alan Freed lui a donné son nom ! A la fin de l'année 1952, le parolier Max Freedman et le compositeur Jimmy De Knight écrivent une chanson intitulée We're gonna Rock around the clock tonight pour Bill Halley mais elle n'est pas enregistrée car De Knight, en perfectionniste, ne l'estime pas aboutie. L'année suivante, Bill Haley fonde The Comets avec lesquels il enregistre six 45 tours jusqu'au printemps 1954.

En avril 1954, Bill Haley & His Comets sont en studio à New York pour l'enregistrement de la chanson Thirteen Women and only one man in town.Pour la face B, le groupe cherche toujours un titre lorsque Bill Haley pense à We're gonna Rock around the clock tonight. Jimmy De Knight l'a peaufinée et accepte qu'elle soit enregistrée. Sur un rythme endiablé, le texte parle d'un couple qui s'apprête à danser le rock 'n roll toute la nuit, qui ne pense d'ailleurs qu'à cela car s'il s'arrête de danser à midi, c'est pour prendre du repos afin de mieux recommencer la nuit suivante. Le disque sort sous un titre abrégé le 15 mai 1954 et passe plutôt inaperçu. Rock around the clock marche un peu mieux que Thirteen Women, il entre au Billboard, à la 29è place, le 29 mai, mais en sort la semaine suivante... C'est le cinéma qui va donner une nouvelle vie à Rock around the clock à travers le film Blackboard Jungle (Richard Brooks, 1955, avec Glen Ford, Sidney Poitier et Vic Morrow) qui évoque la relation tendue, dans une école new-yorkaise, entre une professeur débutant et ses élèves. Jimmy De Knight est conseiller musical sur le film et propose Rock around the clock comme chanson principale du film. Lorsqu'il sort, en mars 1955, Blackboard Jungle fait un tabac, le film bouscule tous les codes de l'époque, il ouvre la voie à des films comme La Fureur de Vivre (Elia Kazan) sorti la même année ou, plus tard, American Graffiti (George Lucas, 1973). Avec la sortie de Blackboard Jungle, Rock around the clock est réédité, en face A, sur 45 tours et entre tout de suite au Billboard. Il y atteint la première place le 9 juillet 1955 et y reste pour huit semaine. Pour la première fois, un disque de cette musique du diable est en tête des ventes aux Etats-Unis... Le vent du changement s'est levé !

Danser ou faire l'amour ?

Evidemment, dans la bonne société américaine du milieu des années '50, la chanson de Bill Haley heurte les moeurs. Comment un chanteur peut-il inviter des jeunes gens de bonne famille à danser toute la nuit et à recommencer au détriment des activités ''normales'' de la famille américaine moyenne ? Mais, toujours à cause d'Alan Freed et de son émission (ndlr Freed qui est devenu un ennemi de la morale depuis qu'il organise des concerts de musiciens noirs et qui aura maints ennuis judiciaires et financiers par la suite), la polémique enfle. En effet, au début de Moondog's Rock 'n roll Party, à un auditeur qui lui demandait ce que signifiait vraiment l'expression ''rock 'n roll'', il répondit que dans l'argot noir cela signifiait soit "danser" soit "faire l'amour"... Dès lors, quelques années plus tard, alors que Rock around the clock cartonne, une ligue de vertu ressort l'explication d'Alan Freed et avance que les paroles "We're gonna rock around the clock tonight" ne signifie pas "Nous allons danser le rock toute la nuit", qui heurte déjà les mentalités mais bien "Nous allons faire l'amour toute la nuit", ce qui suscite une indignation encore plus grande parmi les WASP. Haley et les auteurs de la chanson démentiront, affirmant que leur idée était bien de faire la fête et de danser.

D'aucuns considèrent Rock around the clock comme le tout premier disque rock 'n roll même si d'autres titres peuvent revendiquer ce privilège. Quoi qu'il en soit, la chanson fait désormais partie de l'histoire du rock 'n roll en tant que premier  n° 1 du genre. Plus de 30 millions d'exemplaires de la chansons ont été vendus depuis sa sortie, en 1954. Fait unique pour une chanson, un livre - Rock around the clock : the record that started the rock revolution (Jim Dawson, 2005 chez Backbeats Books) - lui est totalement consacré. John Lennon et Paul McCartney ont affirmé l'importance de cette chanson sur leur carrière. Quand à David Gilmour, il déclara un jour que c'est Rock around the clock qui lui a donné envie de jouer de la guitare...

Bill Haley - Rock Around The Clock (1956)

rock around the clock