1987, une vision noire de L.A. qui contribue à lancer un groupe de hard rock angelien...

welcome to the jungleFondé en 1985, de la rencontre de quelques membres de deux groupes de hard rock californiens - L.A. Guns, articulé autour du guitariste Traccii Guns, et Hollywood Rose, formé autour d'Axl Rose... si vous cherchiez l'origine du nom du groupe ! - Guns N'Roses tarde à trouver sa composition originale. Rapidement, le bassiste Ole Beich est remplacé par Duff McKagan en provenance du groupe The Fartz avant que Tracii Guns ne soit viré parce qu'il manque quelques séances de répétitions. C'est Saul Hudson, aussi appelé Slash, en provenance de Road Crew qui le remplace. Après une brève tournée en Californie, c'est au tour du batteur, Rob Gardner, de quitter le groupe. Slash propose alors de le remplacer par Steven Adler qui tenait les futs de Road Crew. C'est sous cette composition que Guns N'Roses entre en studio, chez le label indépendant UZI Suicide, pour graver un premier disque, un EP de quatre titres dont deux reprises : Mama Kin, d'Aérosmith, et Nice Boys, de Rose Tattoo. Ce EP est encore en phase de post-production (il sortira en décembre 1986) lorsque des émissaires de chez Geffen Records, un label qui appartient au mastodonte Warner, repèrent le groupe sur scène et lui propose d'enregistrer un premier album. Slash est plutôt réticent car Geffen produit surtout des groupes de blues rock, de new wave voire de pop, dont Kylie Minogue de laquelle le guitariste chevelu ne se sent pas vraiment proche musicalement. Cependant, après une discussion avec Sammy Hagar, le guitariste de Van Halen dont les albums solos sont produits par Geffen Records, Axl Rose parvient à convaincre Slash que l'opportunité est belle d'autant que, par l'intermédiaire de Warner, l'album pourrait être distribué hors des Etats-Unis. Au mois d'août 1986, Guns N'Roses entre donc en studio, à Canoga Park. L'enregistrement de l'album, intitulé, Appetite for Destruction, dure cinq mois et déjà les premières dissensions entre Axl Rose et Slash apparaissent. Rose exige que toutes les prises soient effectuées en prise unique, c'est à dire tous les musiciens jouant ensemble, putôt que piste par piste car, affirme-t-il, le résultat final a moins d'âme et ne ressemble plus vraiment à l'original si les musiciens jouent séparément sur des pistes différentes et que l'ensemble est ensuite mixé. Si le méticuleux Slash accepte, il passe ses nuits à retravailler ses parties musicales et à y ajouter des effets studios pour les inclures sur les enregistrements. Mais au final, Guns N'Rose présente un premier disque abouti de douze chansons avec trois perles : Sweet child o' mine, qui est né par hasard sur un boeuf entre deux prises de  Slash et Izzy Stradlin sur lequel Axl Rose mettra les paroles d'un poème qu'il venait d'écrire pour sa petite amie, Paradise City, qui reste aujourd'hui considérée comme l'une des plus grandes chanson métal de tous les temps, et surtout la plage d'ouverture de l'album Welcome to the jungle.

Welcome to the Jungle résume bien la relation tendue entre Axl Rose et Slash qui avaient du mal à s'apprécier mais qui se complétaient parfaitement dans la création de chanson. La chanson, écrite par Rose et composée par Slash, évoque le côté pervers de Los Angeles (la jungle des paroles est effectivement L.A.), un ville dans laquelle beaucoup se sont perdus en essayant d'y trouver la gloire, de s'y faire une place au soleil. Il existe plusieurs versions sur l'origine de la chanson mais dans une interview qu'il donna à une radio d'Indianapolis, Axl Rose expliqua qu'elle trouve sa source dans un voyage de retour qui le ramenait, avec un ami, vers Los Angeles. Ils faisaient du stop et un routier les embarqua pour les déposer à L.A. Au moment où ils sortirent du camion, le routier leur lança : "You Know where you are ? You're in the jungle, men ! You're gonna die !" ("Vous savez où vous êtes ? Vous êtes dans la jungle, mec ! Vous allez mourir"). Rose, qui vivait à Los Angeles, connaissait bien la ville, véritable royaume des paradis artifciels qu'ils soient sexuels ou stupéfiants, et ne pu s'empêcher de penser que cela ferait un bon thème de chanson... Le clip de la chanson, réalisé par Nigel Dick, renforce les paroles, on y voit un jeune homme naif, venu de la campagne (symbolisé par un fétu de paille dans la bouche) qui descend d'un bus qui l'a amené à L.A. et qui est directement apostrophé par un type qui lui propose quelque chose de pas très catholique. Ensuite, le jeune homme (interprété par Axl Rose) découvre, à travers des écrans de télévision à la vitrine d'un magasin l'enfer de la ville...

Une pochette trop provocante que pour être bankable !

L'album Appetite for Destruction sort en juillet 1987, Sweet Child o' Mine en est le premier single. Ce sera d'ailleurs le seul titre de Guns N'Roses qui fut classé n° 1 au Billboard américain. Le single resta en tête des ventes pendant semaines consécutives à partir d'août 1987. Welcome to the Jungle sort au début du mois d'octobre suivant. Pour illustrer l'album, Axl Rose souhaite la reproduction d'une oeuvre controversée de l'artiste peintre angelien Robert Williams, une toile qui montre un monstre qui saute sur un robot qui vient de violer une jeune femme sur un trottoir. Williams accepte et, contre l'avis de beaucoup de monde - dont Slash mais aussi Robert Williams en personne qui avertit que le groupe va rencontrer des problèmes s'il l'utilise -, l'oeuvre heurtante illustre la pochette d'Appetite for Destruction. Si les singles Sweet Child o' mine et Welcome to the jungle rencontrent un beau succès, l'album Appetite for Destruction ne se vend pas. Aussi, sur insistance de David Geffen, le big boss de Geffen Records, une nouvelle pochette est réalisée sur base d'un tatouage d'Axl Rose. Ce changement sera salutaire puisqu'en juillet 1989, le titre Night Train, troisième plage de la plaque, sort en single et relance les ventes d'Appetite for Destruction qui, en définitive, se vend à 28 millions d'exemplaires à travers le monde. Il est aujourd'hui le 30è album le plus vendus de tous les temps mais aussi le cinquième album de hard rock de plus vendus derrière Back in Black d'AC/DC, Bad out of Hell de Meat Loaf, Led Zeppelin IV et Metallica.

Avec Appetite for Destruction, Guns N'Rose fait son seul vrai album de heavy metal, un pur régal porté notamment par Welcome to the Jungle qui contribue à l'explosion du groupe de Los Angeles. Par la suite, Guns N'Roses produira des albums d'un hard rock mons metal, matiné de blues et de superbes ballades comme Don't cry ou November Rain...

Guns N' Roses - Welcome To The Jungle

Welcome to the jungle