1970, George Harrison s'affranchit de Lennon et McCartney pour lancer vraiment sa carrière solo...

My Sweet Lord

Le 20 août 1969, les Beatles sont en studio pour terminer l'enregistrement de l'album Abbey Road. Ils mettent en boite la chanson I want you (she's so heavy)... C'est la dernière fois que les Fab Four sont réunis en studio ! En effet, depuis l'enregistrement de l'Album Blanc, en 1968, des tensions existent au sein du groupe. John Lennon s'éloigne de plus en plus pour se rapprocher de Yoko Ono et impose souvent sa présence aux autres Beatles. Le projet d'album Get Back tombe à l'eau tant les tensions sont fortes, d'aucuns avancent même que l'ingérence de Yoko Ono est à la base de l'échec de ce projet, seul un single (Get Back/Don't let me down) verra le jour en avril 1969. Si l'enregistrement d'Abbey Road se passe relativement bien pour offrir une plaque de très grande qualité, chacun sait que l'aventure touche à sa fin. La face B de l'album se clôture d'ailleurs par un long medley de huit titres dont le dernier s'intitule The End, il s'achève par une série de solos des quatre Beatles comme l'annonce d'une fin irrévocable. Abbey Road est un vrai succès tant critique que commercial (ndlr 33 semaines n° 1 des charts anglais), mais l'envie n'est plus là. McCartney tente, sans grand espoir, de relancer la dynamique en proposant une série de concerts dans des petites salles mais, le 20 septembre 1969, lors d'une réunion de travail chez le producteur du groupe, Lennon annonce qu'il quitte définitivement les Beatles. En outre, à la même époque le groupe perd les droits de propriété de son catalogue musical qui était détenu majoritairement par leur Manager Brian Epstein, mort en 1967. La famille d'Epstein décide alors de revendre les droits à ATV sans que Lennon, McCartney, Harrison et Starr aient un mot à dire. The Beatles ont perdu l'envie de jouer ensemble et mais sont aussi dépossédés de leur oeuvre musicale... C'est la fin de l'Histoire fabuleuse des Quatre de Liverpool ! Une fin d'histoire toute relative car, plus que jamais, 45 ans plus tard, les Beatles sont présents et continuent de marquer l'histoire de la musique. Un ultime album, Let it Be sortira en mai 1970, construit pour une grande part sur le travail du projet Get Back. La toute dernière session d'enregistrement aura lieu au début du mois de janvier 1970, en l'absence de John Lennon. La séparation des Beatles est annoncée par Paul McCartney, le 10 avril 1970, dans un communiqué promotionnel de son premier album solo, McCartney.

C'est effectivement chacun de leur côté que les Fab Four vont poursuivre leur route. Pour George Harrison, l'aventure en solo a déjà débuté puisqu'il est le premier Beatles à avoir enregistré des albums sans ses comparses, pendant l'activité du groupe : Wonderwall Music (1968), la B.O. d'un film de Joe Massott, et Electronic Sound, une plaque expérimentale reposant sur des synthés. Cependant, aucun des deux albums ne rencontra le succès. Toujours fortement marqué par le voyage en Inde entrepris par les Beatles en 1968, Harrison entend produire rapidement un album d'autant qu'il dispose de plusieurs chansons qui ont été refusées par McCartney et Lennon pour des albums des Beatles, notamment Let it down, Hear me Lord ou All things must pass qui donnera son titre à l'album. D'autres viendront remplir un album original composé de trois disques pour 23 chansons dont l'immense majorité furent composées durant le séjour en Inde. Parmi elle, My Sweet Lord, un appel à l'abandon du sectarisme religieux lancé au travers d'un hommage au Dieu Krishna la divinité suprême de l'hindouisme, à l'origine de toutes les autres divinités. Le texte de My Sweet Lord mélange des références à plusieurs religions (ndlr alléluia, Hare Krishna...) dans un texte ultra simple mais sur une composition musicale recherchée et innovante qui intègre carillons, cithare, harmonica, guitares, basses et percussions. My Sweet Lord est saluée par de nombreux artistes tels Elton John qui dira avoir eu des frissons dans le taxi où il l'entendit pour la première fois

Plagiat

Enregistré de mai à septembre 1970 avec la présence d'amis comme Eric Clapton, Klaus Voormann et... Ringo Starr, l'album All things must pass est un succès fulgurant, la chanson My Sweet Lord en est le moteur principal. Avec ce titre, Harrison a inventé un genre que l'on appelle Krishna Pop et qui influencera, des années plus tard, des groupes comme Oasis ou The Verve. Cependant, quelques temps après la sortie du single, un groupe féminin de rythm and blues, The Chiffons, attaque George Harrison en justice car l'air de My Sweet Lord est très (trop ?) proche de leur chanson He's so fine, sortie en 1963. La justice donnera raison, en 1976, aux Chiffons estimant que George Harrison avait plagié par cryptomnésie (c'est à dire de façon inconsciente) leur chanson. Cela n'empêchera pas My Sweet Lord d'avoir une vie hors du commun puisqu'elle se classa en tête des ventes de plusieurs pays dont l'Angleterre, la France, la Belgique, l'Autriche ou l'Irlande et, fait plutôt rare, elle retrouvera la première place des charts anglais 32 ans après sa sortie, en 2002, à la mort de George Harrison.

Quoi qu'il en soit, avec le succès de My Sweet Lord et  de l'album All things must pass, George Harrison s'est affranchi des Beatles pour réellement lancer sa carrière personnelle avec brio. L'année suivante, il mettra sur pied le premier concert de charité de la musique rock et pop, The Concert for Bangladesh qui eut lieu le 1er août 1971 au Madison Square Garden de New York et qui réunissait des amis d'Harrison comme Eric Clapton, Leon Russell, Billy Preston, Bob Dylan, Ringo Starr et Ravi Shankar...

George Harrison - My Sweet Lord (1971)

My Sweet Lord