1987, l'engagement écologiste et en faveur de Aborigènes de Midnight Oil trouve un écho international...

beds are burning

Ce n'est qu'à la fin des années soixante que l'on commencé à se rendre compte que les activités humaines impactaient de manière dangereuse la nature. La décennie suivante voit se développer une réelle prise de conscience de groupes humains, certains constituent des ONG à vocation écologiste, d'autres se regroupent pour vivre en marge de la société de consommation dévastatrice de la nature. C'est à cette époque que quelques étudiants australiens forment Farm, un groupe de rock tendance hippie. Peter Garrett (chant), Jim Moginie (guitare), Rob Hirst (batterie) et Andrew James (basse) ne peuvent consacrer que peu à la musique, car si les autres vivent à Sydney, Garrett étudie à Canberra. Farm est alors un groupe qui se produit de façon très irrégulière au nord de Sydney mais en 1976, Peter Garrett décide de terminer ses études dans la capitale de la Nouvelle-Galles du Sud pour permettre au groupe de se développer. Farm change alors de nom pour adopter celui de Midnight Oil, selon une expression entendue dans les paroles d'une chanson de Jimi Hendrix (ndlr l'expression burning the midnight oil peut signifier tantôt passer une nuit blanche et tantôt veiller tard pour travailler). Garrett entend faire passer un cap au groupe aussi s'adjoint-il un second guitariste au son plus hard-rock, Martin Rotsey qui va rapidement développer une vraie complicité musicale avec Jim Moginie. Pour échapper au circuit commercial traditionnel mais aussi pour avoir davantage de liberté dans leur choix musicaux, les membres de Midnight Oil décident de créer leur propre label, PowderWorks. Il faut cependant patienter deux années pour pouvoir produire le premier LP, sobrement intitulé Midnight Oil. La patience est récompensée puisque l'album atteint le top 15 des ventes de l'année 1978 en Australie. Midnight Oil entame alors une tournée d'une année à travers le pays et la Nouvelle-Zélande. Progressivement, le groupe grandit et trouve sa structure, Peter Gifford remplace Andrew James frappé par la maladie et au fil des albums qui sortent régulièrement, Midnight Oil se construit une renommée. En 1984, l'album Red sails in the sunset, enregistré à Tokyo sous le label Sprint(1) qui appartient à Columbia, va frapper les esprits par sa pochette qui montre la ville de Sydney dévastée par une explosion atomique. Plus que jamais, Midnight Oil s'engage dans la voie de l'écologie et de la lutte contre le nucléaire. L'année suivante, pour commémorer le 40è anniversaire du bombardement d'Hiroshima, Midnight Oil sort un Extended Play intitulé Special Deceases qui le positionne comme l'un des deux groupes phares, avec INXS, de la relève du rock australien dont AC/DC et The Saints sont les locomotives historiques. En 1986, Midnight Oil passe, à l'invitation du groupe aborigène Warumpi Band, plusieurs mois dans le bush pour découvrir le peuple aborigène et appréhender ses conditions de vie. Garrett et ses potes ne ressortent pas indemnes de cette expérience. Désormais, le groupe fait des droits des aborigènes l'une de ses priorités musicales.

Rendre leurs terres aux Pintupis

Pour l'album en préparation, Garrett, Moginie et Hirst entendent composer un titre qui repose sur la spoliation des terres aborigènes. Ils s'inspirent du vol des territoires pintupis, dans le nord de l'Australie, lors de la colonisation britannique, en 1788. La chanson, intitulée Beds are burning, évoque une terre spoliée que l'on détruit au fur et à mesure dans un esprit de lucre. Elle parle aussi de l'urgence qu'il y a à une prise de conscience de l'impact humain sur la terre (How can we dance when our heart is turning) ainsi que de l'indifférence totale dans laquelle cela se passe (How can we sleep when ours beds are burning). Subtil mélange des combats de Midnight Oil - l'écologie, le rejet du nucléaire et les droits des aborigènes -, l'album Diesel & Dust sort au mois d'août 1987. Beds are burning, le premier single extrait de l'album, est l'un des succès majeurs de l'année et permet à Midnight Oil d'exploser à l'international. Au terme d'une tournée mondiale de plus d'un an, le groupe australien retourne en studio pour graver une nouvelle plaque dans la même veine, Blue Sky Mining, qui dénonce cette fois les déforestations et les pluies acides.

Groupe engagé en faveur de l'écologie depuis ses débuts, Midnight Oil aura du patienter douze années avant de percer mondialement mais reste, aujourd'hui encore plusieurs années après sa séparation, une référence en matière de rock alternatif et d'engagement. En octobre 2009, alors que s'engagent, à Copenhague, des discussions sur les changements climatiques un collectif(2) de 60 artistes et personnalités des mondes culturels, politiques et religieux reprend, avec l'aval des membres de Midnight Oil, Beds are Burning lors d'une campagne de sensibilisation sur l'urgence d'agir à l'attention de ceux qui discutent autour des tables. Une pétition de 1,3 millions de signatures réclamant des actions d'urgences est remise à l'ONU qui encadre le sommet de Copenhague. Malgré cela, cinq ans plus tard rien n'a vraiment changé... Plus que jamais nos lits sont en train de brûler mais nous continuons à dormir dedans !

Midnight Oil - Beds Are Burning

Beds are burning

------
(1) Depuis le 3è album, Place without a postcard (1981), Midnight Oil a rejoint Sprint car PowderWorks ne pouvait pas continuer à vivre en ne produisant qu'un seul groupe. Le label propre de Midnight Oil a donc disparu après son second album.
(2) parmi lesquels Bob Geldoff, Simon LeBon, Lilly Allen, Desmond Tutu, Kofi Annan, Mario Cottilard, Klaus Meine...