1972, Elvis transforme un slow country en cri de désespoir à sa femme qui le quitte.

always on my mindA la fin des années '60, Elvis Presley sort de sa phase cinéma. En treize ans, il vient de tourner une trentaine de films dont la grande majorité sont des nanars sans intérêt. Réalisés dans un but purement commercial, afin de distribuer l'image et les disque d'Elvis à travers le monde, ces films ont surtout mis le King sur les rotules. Aussi, lorsque son contrat avec Hollywood s'achève en 1969 décide-t-il de ne pas le prolonger. Le problème est que, entre 1956 et 1969, pendant les années Hollywood d'Elvis, la scène musicale américaine a profondément muté. Elle est passée du rock 'n roll originel et des crooners au rock engagé, à la musique psychédélique et à la protest song. En outre la pop et le rock anglais - Beatles et Rolligng Stones en tête - ont envahi les Etats-Unis. Dans cet univers, Elvis Presley n'a plus vraiment voix au chapitre ! Anecdote révélatrice de cette réalité, lorsqu'il participe à une émission de télévision (ndlr d'ailleurs titrée Elvis, 68 comeback special, c'est dire s'il avait disparu), le 3 décembre 1968 ce la faisait sept ans qu'il n'était pas apparu dans un show télé... L'émission remporte un réel succès et Elvis entre en studio pour enregistrer de nouvelles chansons qui permettent la sortie de deux albums, From Elvis in Memphis et From Memphis to Vegas/From Vegas to Memphis (un double LP), en 1969. Ces deux plaques contiennent quelques perles comme Suspicious Mind, In the Ghetto ou Without Love et connaissent un beau succès public, y compris en Angleterre, sur les terres des Beatles et des Stones, ce dont Elvis n'est pas peu fier ! Le Colonel Parker organise alors une série de concerts, notamment à Las Vegas où le King se produira plus de 600 fois entre 1969 et 1976. Jusqu'à la fin de sa vie, c'est surtout sur scène qu'Elvis connaitra le succès.

1971, le trio Wayne Carson, Johnny Christopher et Mark James, plutôt spécialisé en musique country, compose et écrit une chanson intitulée You are always on my mind. Le titre est proposé à Gwen McRae et, surtout, à Brenda Lee, une chanteuse américaine très poplulaire dans les années '60 qui classa 47 titres dans les hits parades US durant cette même décenie. Les deux chanteuses en enregistre chacune leur version mais sans réel succès. You are always on my mind évoque un homme qui se rend compte, alors que sa femme est sur le point de le quitter, qu'il n'a pas fait tout ce qu'il aurait pu pour la garder, il l'implore de lui donner une nouvelle chance.. A cette époque, Elvis est en pleine séparation d'avec Priscilla, l'amour de sa vie. En février 1972, elle quitte Graceland, leur divorce sera prononcé en octobre de l'année suivante. Lorsqu'il entend la version de Brenda Lee, Elvis comprend que You are always on my mind pourrait très bien raconter son histoire aussi contacte-t-il Carson, Christopher et James pour leur demander l'autorisation de l'enregister à sa sauce, c'est à dire davantage sous la forme d'une complainte plutôt que d'un slow country. Evidemment, le trio accepte - comment refuser à un monument de la chanson comme Elvis d'enregistrer leur chanson ? - et en mars 1972, toujours meurtri du départ de Priscilla, grave la chanson, sous le titre racouci Always on my mind en face B d'un 45 tours dont le titre principal est Separate Ways, car estime-t-il la reprise d'une chanson qui n'a quelques semaines d'ancienneté ne peut pas faire la face A. Les deux faces du disque sont révélatrice de l'état de tristesse dans lequel est plongé le King depuis la séparation. Mais il met tellement d'intensité dans son interprétation de Always on my mind qu'on a l'impression qu'il s'adresse, à travers le média disque, directement et uniquement à Priscilla. La chanson ne sort qu'en novembre 1972 car les producteurs de Brenda Lee voulait préserver une période de vie commerciale pour la version de leur protégée. C'était une sage demande car en quelques semaines, entre décembre 1972 et le printemps 1973, il se vend plus d'un millions d'exemplaire d'Always on my mind version Elvis. La face B occulte totalement Separate ways et est multidiffusée en radio et en télé. Chaque prestations sur scène doit comprendre cette chanson qui, pourtant, fait de plus en plus mal au chanteur à chaque fois qu'il l'entonne. Nous sommes en 1973, c'est le début de la fin pour Elvis dont les problèmes de santé et de drogues deviennent sérieux...

Elvis Presley - Always On My Mind

Always on my mind