Ne sous-estimons pas le rôle du batteur ! Catalogue de surdoués de futs...

0 batteursOn n’en parle pas très souvent mais il est une caste qui a toute son importance dans la musique, c’est celle des batteurs ! Tous les grands groupes, ceux qui ont traversé les décennies avec bonheur et succès, reposent sur des batteurs de talents. En effet, c’est la batterie qui donne le rythme à un morceau musical. Aussi faut-il que le batteur ait un sens inné du rythme bien plus qu’une technique hors-pair. La batterie est née d’un ensemble d’instruments (grosse caisse, caisse claire, cymbales, toms, tambourins…) existant déjà dans les fanfares et autres orchestre. L’idée d’assembler cet ensemble d’instruments à percussion est liée à l’avènement du jazz à la Nouvelle-Orléans… La batterie servait à donner le tempo et le rythme à tout l’ensemble musical. Et pourtant, malgré l’importance de la batterie, on ne connaît que très peu – à moins d’être un musicologue pointu – les batteurs qui ont fait l’histoire de la musique, du jazz à la pop en passant par le blues et le rock… Certains citeront, tout au plus, Phil Collins qui avant d’être le chanteur de Genesis en est le batteur et, éventuellement, Ringo Starr qui après avoir tenu la batterie des Beatles a connu une carrière solo des plus respectables. Peut-être également, grâce à la télé-réalité, citerait-on Manu Katché qui est indéniablement l’un des batteurs les plus percutant de la fin des années ’80 et du début des nineties ?

Je vous propose donc un petit tour d’horizon, forcément non-exhaustif, de la corporation des batteurs de talent…

Jeff Porcaro : à tout seigneur tout honneur serais-je tenté de dire ! Issu de la célèbre fratrie Porcaro, Jeff a fondé en 1977, avec ses frères Steve et Joe, le groupe de rock Toto. Jeff Porcaro a intégré, avec beaucoup de bonheur, des rythmes shuffle et ska dans le rock de Toto. Ces rythmes sont d’ailleurs très perceptible dans la chanson Rosana, l’un des plus grands standards de Toto qui donnera d’ailleurs naissance à un style de battement appelé Shuffle Porcaro… En plus de Toto, Jeff Porcaro a joué avec une kyrielle de grands noms qui le recherchaient expressément pour la qualité de son rythme ; on peut citer notamment, Eric Clapton, Bruce Springsteen, Dire Straits, Deep Purple, Joe Cocker et même Claude Nougaro…

Alex Van Halen : co-fondateur avec son frère Eddie du groupe de hard rock éponyme. Alex Van Halen est reconnu par ses pairs comme le meilleur percussionniste que le hard rock ait enfanté ! Il collectionne d’ailleurs les prix et les récompenses diverses. Ses solos de batteries sont légendaires…

Bill Brufford : connu surtout pour sa collaboration avec les groupes Yes et Genesis, Brufford est un batteur de jazz reconnu pour son utilisation exceptionnelle de la caisse claire sur laquelle il tend la peau au maximum et frappe l’extrémité afin d’obtenir un son unique. Dans la seconde moitié des années ’80, Bill Brufford a créé son groupe de jazz fusion baptisé Eartworks avec lequel il revient à ses premières amours.

Charlie Watts est évidemment connu de tous pour être, depuis 1963, le batteur des Rolling Stones. Mais il est aussi grand amateur de jazz qui influence forcément sa technique ; il a d’ailleurs enregistré en solo quelques albums jazz. Watts est un homme à part dans l’univers du rock. Il est taciturne et discret, il s’isole aussi souvent que possible pour s’adoner à sa passion du dessin. Peu démonstratif sur scène (il ne faut pas compter sur lui pour des solos endiablés) il est le véritable métronome des Stones !

Elvin Jones était l’un des meilleurs batteurs de jazz qui soient ! Il était aussi l’un des plus humble. Malgré une dextérité hors norme et un rythme rarement égalé, il est toujours resté dans l’ombre des géants qu’il a accompagné ; Sonny Rollins, John Coltrane, Charlie Mingus, Duke Ellington et Miles Davis notamment…

Ian Paice : autodidacte complet, Paice n’a jamais appris une seule note. C’est un rythme inné qui l’a propulsé au panthéon des stars du rock. Batteur unique de Deep Purple, il a également participé à l’enregistrement d’un album du Velvet Underground de Lou Reed et Sterling Morrison. Spécialiste du One handed roll (le roulement à une seule main), Paice est un adepte des solos et, sur scène, il ne s’en prive pas… Technicien de la batterie, Ian Paice est à l’origine d’une pièce appelée tune safe qui se fixe sur les tendeurs de la peau d’une caisse (les tirants) pour éviter que celle-ci ne se désaccorde trop vite à l’utilisation.

John Bonham aurait probablement être l’un des plus grands génies de la batterie mais son penchant pour l’alcool en aura décidé autrement une nuit de septembre 1980. Bonzo, ainsi qu’il était surnommé, était le batteur mythique de Led Zeppelin ; il en était aussi l’un des rouages les plus importants car après sa mort plus jamais le groupe de jouera ensemble sous l’appellation Led Zeppelin… Bonham était le maître incontesté du solo de batterie. Sur scène il pouvait se lancer dans des solos de vingt minutes avec ses baguettes ou à mains nues… Il a même improvisé, à mains nues - Jimmy Page et Robert Plant lui avaient piqué ses baguettes – un solo fantastique de quarante minutes !

Keith Moon : batteur des Who était probablement le plus déjanté de sa génération ; le plus narcissique aussi. Mort prématurément, à 32 ans, d’une overdose médicamenteuse, il avait un jour avaler un somnifère pour cheval sur scène avant de réussir une prestation planante… avant de s’écrouler endormi sur sa batterie. Son jeu était empreint d’une rare violence, il a d’ailleurs détruit plus d’une cinquantaine de batterie durant sa courte carrière.

John Densmore : le batteur des Doors est, lui aussi, issu du jazz. Il est, en grande partie, responsable du son mystique du groupe car il assure le tempo des phases théâtrales durant lesquelles se succèdent les poèmes et incantations de Jim Morrison.

Lars Ullrich est né dans le jazz. Son père accompagnait Miles Davis et Stan Getz alors que son parrain, Gordon Right, est un des grands noms du jazz. C’est d’ailleurs lui qui poussa Ullrich a se lancer dans la batterie. Adepte d’un jeu physique et puissant, Lars Ullrich fonda, en 1981, avec James Hetfield le groupe Metallica et il continue d’en assurer la pérennité avec sa batterie endiablée…

Manu Katché est assurément le plus célèbre de tous les batteurs français. Il passe avec bonheur de Simple Minds à Jonasz ou de Tears for Fears à Youssou N’Dour tant sa technique est grande. Il a également signé trois albums personnels entre 1992 et 2007.

Phil Collins est reconnu par ses pairs comme l’un des meilleurs batteurs jamais entendu ! Il est d’ailleurs très recherché par des pointures comme Clapton, McCartney, Pat ou Oldfield mais, il doit attendre de remplacer Peter Gabriel comme chanteur de Genesis pour parvenir à la reconnaissance internationale…

Chad Smith a rejoint Red Hot Chilli Peppers à la fin des années ’80. Influencé par le funk, il est détenteur d’un record du monde pour avoir joué sur le plus grand kit de percussion du monde, c’était une batterie de 308 pièces !

Phil Rudd : un véritable métronome… Le rythme AC/DC c’est lui ! En fait, Rudd est le véritable faire-valoir d’Angus Young, le guitariste virtuose du groupe australien. Le jeu impeccable et discret de Rudd a permis à Young d’exploser. Rudd est parvenu a imposer sa présence comme indispensable au son d’AC/DC sans pour autant apparaître comme la pièce maîtresse, loin s’en faut, du groupe !

Steve Asheim, batteur de Deicide est l’un des cadors du death metal actuel ! Son jeu agressif repose sur une double grosse caisse et un ensemble particulièrement fourni de cymbales.

Topper Headon : si The Clash a réellement pris son envol en 1977 c’est avec l’arrivée de Headon en remplacement de Terry Chimes aux percussions. Headon, savant mélange de finesse et de puissance, était plus qu’un batteur pour The Clash puisque c’est aussi lui qui composa, en 1982, Rock the Casbah, le titre le plus célèbre du groupe punk anglais…

Rick Allen : coment ne pas évoquer ce phénomène des fûts ? Allen est le batteur du groupe de hard rock Def Leppard depuis 1978. A 15 ans, il rejoint le groupe anglais en remplacement de Frank Noon grâce à une maestria exceptionnelle pour un môme de cet âge… Le soir de la Saint-Sylvestre 1984, Allen est frappé par le destin, dans un violent accident de voiture son bras gauche est arraché… Malgré une tentative de chirurgie reconstructrice, il doit être amputé quelques mois plus tard. Mais ce coup du sort ne l’éloigne pas de la batterie. Avec l’aide de Jeff Rich, le batteur de Status Quo, il met au point la batterie multi-pad électronique qui va permettre à Allen de tenir à nouveau son rang au sein de Def Leppard. La batterie multi-pad utilise un système de pédalier, qui permet à Rick Allen de jouer comme avant bien qu’il n’aille qu’un seul bras valide.

Voilà dressé succinctement le tableau des meilleurs batteurs du monde. Certes il n’est pas complet, on aurait pu y ajouter le nom de valeurs sûres comme Tommy Lee (Mötley Crue), Matt Sorum (Guns ‘n Roses), Roger Taylor (Queen), Zak Starkey (fils de Ringo Starr et filleul de Keith Moon qu’il remplace aujourd’hui lors des tournées des Who) ou encore James Kottak (Scorpions)…